Retour accueil

Page "Toutes les interviews"

 

L'interview

 

Qui est Gaël Brustier ?

 

Boîte noire

 

 

J'ai dû louper un épisode...

les interviews de Pascale Fourier

****

Gaël Brustier

Interview du 6 Février 2009

 

Thème: Parti Socialiste.

Partie 1/2

Quand le PS se revendique de la social-démocratie

 

  • L'interview en entier 21 mn 23
  • La transcription en .doc , et en PDF

 

  • Carpaccio d'interview:
Où vous apprendrez :
  • qu'historiquement, les socialistes se définissent en opposition à la social- démocratie, parce qu'ils n'avaient pas vocation à aménager le capitalisme, mais à favoriser la transition vers le socialisme ( congrès d'Epinay- 1971)
  • mais que la référence à la social-démocratie qu'une partie des élites assume est révélatrice d'une volonté de s'aligner sur le Parti Socialiste Européen et d'adopter les recettes de la social-démocratie européenne.
    Plage 1 - 2 mn 24

     

    • que le Parti Socialiste était plus à gauche que les autres partis socio-démocrates d'Epinay à 1983
    • et que le PS a du mal à se fondre dans l'héritage de la culture social-démocrate européenne parce que
      • après 1920, les socialistes ont toujours espéré établir une transition vers le socialisme
      • que le PS était influencé par un marxisme assez orthodoxe contrairement aux autres partis socio-démocrates (en particulier allemand après Bad-Godesberg qui est le moment où le parti social-démocrate allemand a abandonné toute référence marxiste, a accepté le système capitaliste et l'idée de ne chercher qu'à l'aménager avec le concours des syndicats

    Plage 2 - 3 mn 45

     

    • qu'au sein du PS ont toujours existé des tensions notamment sur l'Europe, avec une tension entre d'une part une ligne plus radicale autour par exemple du CERES de JP Chevènement et d'autre part une ligne plus modérée autour de François Mitterrand
    • qu'en 1983 a été fait le choix de ne pas sortir du SME et d'appliquer des politiques différentes que celles pour lesquelles ils avaient été élus en 1981
    • que le choix, assumé comme tel, a été fait de l'UE plutôt que du socialisme
    • que l'Europe a été un projet de substitution au socialisme, de même qu'un certain alignement sur l'atlantisme
    • que l'idée était que le marché avait gagné, ce qui était perceptible au Congrès de l'Arche dans les propos de Michel Charzat qui reprenait l'idée de la "complexité" du monde - et du coup on ne pouvait plus faire grand chose...
    • mais que le PS sera peut-être demain plus à gauche???

    Plage 3 - 3 mn 13

     

    • que la substitution de la question européenne à l'idéal socialiste est due à des considérations géopolitiques
    • que le monde avec Thatcher et Reagan avait basculé dans le néolibéralisme
    • que deux lignes s'opposaient dont celle de Delors et Guigou, de la technostructure qui s'appuyait sur le versant social-démocrate du PS qui favorisait la normalisation européenne du PS
    • d'où de fait la rupture avec les classes populaires en 1983 - et la monté du FN
    • et qu'on avait déjà là les éléments du tableau des 25 années qui ont suivi et tous les acteurs du drame...

    Plage 4 - 2 mn 35

     

    • que cette normalisation était liée à cette idée que l'on ne pouvait pas être seul et que l'on pouvait pas aller contre les "vents dominants"( Delors)
    • qu'on a donc troqué l'Europe contre le socialisme, en assortissant cette conversion du hochet de l'anti-racisme notamment, qui évacuait la question politique.

    Plage 5 - 2 mn 55

     

    • que le néolibéralisme n'est pas seulement l'idéologiie du libre matché renpuvelé, qu'il est l'édification entièrement dédié au marché
    Plage 6 - 2 mn 46

     

    • que ce qui a motivé les socialistes dans les années 80, c'était peut-être la nécessité de dégager de la croissance juste après les crises des années 70
    • que la pression des grands groupes dont les profits étaient en baisse était grande
    • que sans doute les socialistes n'ont pas retourné leur veste, n'ont pas fait de choix opportuniste, mais ont pensé servir leur pays
    • comme Jacques Delors qui a pensé qu'il était nécessaire de faire l'Europe par le marché pour faire ensuite l'Europe sociale
    • q'il faut également se rappeler que François Mitterrand a sans doute fait des choix stratégique en choisissant de ne pas se mettre les USA à dos en plus des détenteurs de capitaux
    • et que sa volonté de durer, d'imprimer sa marque a sans doute compté...

Plage 7- 3 mn 47