Retour accueil

 

 

 

 

 

 

J'ai dû louper un épisode...

les interviews de Pascale Fourier

****

 

Qui sommes-nous?

 

On a dû louper des épisodes...

L'équipe de "J'ai dû louper des épisodes..." est constituée de personnes devenues adultes bien après Mai 68, à une époque où déjà on parlait de "mort des idéologies", en un temps où déjà on nous apprenait la résignation à l'ordre des choses, où déjà cet "ordre des choses" semblait ne plus devoir être pensé à Gauche, mais accepté tel quel...

Que s'est-il passé dans ces trente dernières années? Pourquoi en est-on arrivé là? Pourquoi certains débats sont-ils désormais interdits ou presque? Quelle est la cohérence de tout cela?

"On a dû louper des épisodes..." se veut une tentative de "journalisme engagé de recherche"....

"Engagé", parce que nous sommes de gauche et parlons de là, soyons clairs. Mais d'une gauche qui s'interroge sur la nature réelle de ce que l'on appelle la "mondialisation", sur la pertinence ou pas du libre-échange, sur l'essence de la construction européenne et la capacité ou pas de celle-ci à se réformer.

"De recherche", parce que nous allons à tâtons, tentant de mettre en cohérence ce qui nous semble pouvoir entrer en résonnance dans les différents champs de la pensée : économie, sociologie, philosophie, histoire politique, ce qui, mis bout à bout peut faire cohérence, et permettre l'engagement et l'action.

 

L'intervieweuse est-elle journaliste?

Non. Au sens propre non, si on considère que n'est journaliste que celui qui a une carte de presse.

Oui, si on porte à son crédit les 7 années pendant lesquelles, bénévolement, elle a animé l'émission Des Sous... et des Hommes sur Aligre FM, radio associative de la bande FM parisienne - www.des-sous-et-des-hommes.org -, et a effectué plus de 200 interviews d'économistes, sociologues, animateurs du mouvement social.

 

Nous joindre?

Si ces interviews vous intéressent, vous plaisent, n'hésitez pas à nous joindre pour nous le dire.... La travail fait est bénévole.... et les petits mots d'encouragement donc tout à fait bienvenus... : pascale.fourier ( chez) libertysurf.fr

 

 

 

Pour aller plus loin :

Journalisme engagé : c'est obsolète, non?

Pascale Fourier revendique son journalisme engagé. Tout journaliste l'est, par nature, par les choix qu'il fait des thèmes qu'il traite, par l'image du monde qu'il véhicule ainsi, par ceux qu'il choisit d'interviewer et ceux qu'il décide de ne pas interviewer...

Tout journaliste l'est, mais la revendication affichée de "non-engagement", d'impartialité, d'objectivité brouille les cartes, a servi de fait les courants dominants de la pensée et a concouru au désamour croissant des citoyens vis-à-vis des journalistes.

Un journalisme engagé est plus que jamais nécessaire. Les idéologies seraient mortes et ce serait bien ! C'est en fait laisser place à l'idéologie dominante, renoncer à donner une grille de lecture, des grilles de lecture de ce qui se passe dans le monde économique, social et politique, laisser les citoyens errer dans un vaste monde sans sens, sur lequel ils ne peuvent avoir prise.... C'est renoncer à la recherche de la cohérence, accepter de plier sous le flux de l'information, sous le flux des événements.

Oui, un journalisme engagé est plus que jamais nécessaire et il faut l'assumer !

 

...de recherche ? ...

C'est la raison d'être de ces séries d'interviews....

Le philosophe Alain, dans l'un de ses textes, prônait ce qu'il appelait l'"étonnement actif"... L'intervieweuse ne cesse de s'étonner de ce qu'elle entend autour d'elle: comment un socialiste peut-il se renvendiquer du libéralisme? Comment se fait-il qu'à droite on annonce qu'il est nécessaire de "réformer le capitalisme" : de tels propos ne serviraient-ils pas à occulter la nécessaire analyse du cours particulier du capitalisme auquel nous sommes confrontés depuis plus de 20 ans? Pourquoi ceux qui il y a 20 ans se revendiquaient du socialisme se réclament-ils désormais de la social-démocratie? Dans la "post-démocratie" dont nous parle, le citoyen aura-t-il voix au chapitre? Pourquoi ne peut-on plus dire le mot "protectionnisme" ? etc, etc etc...

Et quels sont les liens entre toutes ces questions - ou plutôt entre toutes les réponses qu'on peut y apporter? Quelle est la cohérence ?

Parce que décidément l'intervieweuse a l'impression nette d'avoir loupé des épisodes....

 

 

"En oida oti ouden oida", disait Socrate. Je ne sais qu'une chose, c'est que je ne sais rien...