Retour accueil

Page "Toutes les interviews"

 

L'interview

 

Qui est Frédéric Lordon ?

 

Boîte noire

 

Pour aller plus loin...

 

J'ai dû louper un épisode...

les interviews de Pascale Fourier

****

Frédéric Lordon, directeur de recherche au CNRS,

Interview du 6 Mars 2009

 

Thème: la crise !

Partie 3/4

Crise: Protectionnisme?...

 

 

  • L'interview en entier 16 mn 41 à télécharger

 

  • La transcription en .doc , et en PDF

 

  • Carpaccio d'interview:

 

Où vous apprendrez :
  • Que l'appellation « protectionniste »est plus qu'une insulte, une imputation de monstruosité

Plage 1 - 2 mn 08

 

  • que c'est la « concurrence libre et non distordue » qui est le protectionniste
  • parce que la concurrence libre et non distordue ne porte que sur certaines distorsions et veut systématiquement ignorer les autres distorsions.
  • Que la concurrence libre et non distordue est un concept qui n'a de sens qu'entre des économies dont les structures sont homogènes,
  • que ce sont des formes de vie collective qui se défendent et que c'est légitime

Plage 2 - 2 mn 31

 

  • Qu'on sera toujours dans un espace protectionniste
  • que l'hétérogénéité-même des économies et des sociétés est un principe de protection de fait.

Plage 3 - 0 mn 51

 

  • que le débat public est farci de débats mal construits, ce qui rend d'ailleurs impossible dans les médias ordinaires de participer au moindre échange,
  • puisque, pour commencer, il faut déconstruire un débat mal construit et puis le reconstruire

Plage 4 - 0 mn 51

 

  • que nous sommes et que nous serons toujours, tant que n'aura pas été réalisée l'homogénéisation finale du monde, dans un univers économique protectionniste de fait.
  • Et qu'il faut équilibrer les protections entre elles en organisant le jeu des distorsions compensatoires

Plage 5 - 2 mn 00

 

  • qu'existe un grand fantasme des amis de la mondialisation :le capitalisme n'est viable que s'il est soutenu, structuré et régulé par des formes institutionnelles, qu'il faut les mettre en place et que dès lors la mondialisation serait viable
  • que ce raisonnement fait l'impasse sur les conditions de possibilité d'une opération d'institutionnalisation,
  • car seule la structuration politique à l'échelle nationale offre suffisamment de force et de ressources pour opérer ces mouvements d'institutionnalisation-là.
  • Et qu'il ne peut y avoir pas d'institutionnalisation sans communauté politique,
  • communauté politique qui n'existe pas au niveau européen

Plage 6 - 3 mn 41

 

  • que nos ne sommes pas rivés pour autant à l'échelon national
  • qu'il faut trouver l'échelon intermédiaire adéquat entre la mondialisation et le niveau national
  • que cet échelon des régions, ce qu'on appelle les "grandes régions" ,
  • que la mondialisation est morte, mais que s'ouvre l'ère des régionalisations.

Plage 7 - 0 mn 38

 

  • que la régionalisation européenne aurait du sens sur une base beaucoup plus restreinte qu'elle n'est actuellement

Plage 8 - 2 mn 35

 

  • que pourrait se mettre en place, à la place de la mondialisation, un système de grandes régions qui entreraient en rapport entre elles sur la base d'une ouverture modérée et tempérée...

Plage 9 - 1 mn 24